Cristal Quetzal

Cristal Quetzal est une œuvre suspendue réalisée pour l’exposition “Les envolées” de 2016, à Moyenmoutier.

L’installation s’accompagne d’une performance artistique et d’un conte.

“Cristal Quetzal” : un projet d’installation artistique pensé pour l’Abbaye de Moyenmoutiers dans le cadre de l’exposition “Les Envolées”.

Cristal Quetzal est une réponse à l’invitation au culmen élan. Une allégorie de l’échappée haute, vers un brocart d’imaginaire, de mythique, et d’esthétique…
L’œuvre se compose d’une “aile”, “tissée” de centaines de morceaux de verre polis, percés et gravés de textes à l’écriture déformée (mythes). L’ensemble est relié et “cousus” à l’aide de chaînettes métalliques. Ce voile se parsème, se couronne et se parfait de “traînes” réalisées en dentelle aux fuseaux incrustées de morceaux de verre.
Le travail du “vitrail” et celui de la dentelle aux fuseaux appliqués à des démarches de créations contemporaines, sont deux techniques que j’ai acquises et qui jalonnent l’ensemble de mon parcours artistique.
L’idée, avec l’alliance des deux pratiques, est de questionner l'”Ordiri” (l’idée de créer une trame, de définir des liens, d’entreprendre, d’ordonner son/le monde par les arts sacrés du tissage et du récit).

En latin, ordiri, avant de désigner l’ordre, a servi à désigner la mise en place du métier à tisser, et chez bien des peuples animistes, l’assemblage des bandes de tissus qui composent les coiffes ou les pagnes, est une science qui, à leurs yeux, participe de l’assemblage mythique des éléments de l’univers. Cette notion d’assemblage d’une multitude de particules semblables, pour reconstituer une forme de tout, est au cœur de ma pratique. Une vision singulière de l’élan créateur…

Avec le Quetzal, l’idée, ornitho-(mytho)logique, est de reprendre la symbolique sacrée et les couleurs de cet oiseau bijou des forêts tropicales. Le plumage du spécimen paraît vert émeraude. Il est en réalité brun. Son iridescence vient d’une multitude de minuscules particules de mélanine brune, comme les écailles chez les papillons, qui reflètent à la fois la lumière du soleil et la végétation qui l’entoure. Ce phénomène d’iridescence, intéressant  lorsqu’on travaille le verre, fait de son plumage, une mosaïque de pigments destinés à repousser les rayons ultra-violets du soleil, mais également à le rendre invisible aux yeux de ses ennemis.
Camouflage, iridescence, liberté, altitude, mosaïque, plumage… L’occasion, par le choix du titre de l’œuvre, d’émettre un petit clin d’oeil à la version 1 0.1 2 d’Ubuntu (“Je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous”) dont le nom de code de cette version est “Quantal Quetzal”, soit le Quetzal Quantique.
Élever la rationalité froide du pixel de verre codé vers des formes reliées, esthétiques, allégoriques et imaginaires, peut-être là, la recherche d’un chemin vers un nouvel éloge du mythe : multifacette, transformatoire, entremêlé,  transdisciplinaire… et non moins mystérieux…
Techniquement, “Cristal Quetzal” est une œuvre suspendue (bas de l’aile à 3m50 de
hauteur). La “traine” caudale descend librement jusqu’au sol où un corps s’élance…

L'histoire du Cristal Quetzal

Un jour, tout en haut d’une forêt de nuages, naissait un Quetzal…
On dit que l’oiseau avait été conçu si haut, que l’œuf qui l’abritait, était en verre iridescent…

On dit aussi que, malgré ce que laissait présager cette perle de cocon, à sa naissance, l’oisillon tant attendu n’avait qu’une aile, et que, sitôt son éclosion, il poussa ce bien étrange cri : “Ordiri ! Ordiri !”
On le laissa pour mort !

Quelques années plus tard, deux habitants du bord du lac, partis pêcher en amont du fleuve, revinrent coiffés de plumes d’un mystérieux oiseau. Jamais on avait vu de telles parures, et, lorsqu’on interrogea ces hommes sur la manière dont ils se les étaient procurées, ils se lancèrent dans le récit d’une bien étonnante histoire…

“C’est au cœur d’une forêt dense et lointaine… Là où les hommes ne s’aventurent jamais car on dit qu’il y souffle neuf vents qui étourdissent nos imaginaires, et que l’on n’en revient pas vivant…
Nous nous étions égarés en suivant le poisson doré qui nageait encore à contre courant…
Alors qu’il nous avait semés, que la nuit tombait, que l’eau devenait plus remuante, que les arbres pliaient et que, comme des singes hurlaient dans leurs branches… nous nous pensions perdus et déversions déjà nos larmes au cœur de la rivière…
Et c’est là… lorsque tout nous semblait désespéré et sombre, que l’ombre colorée d’un oiseau resplendissant apparut sur la berge en hurlant “Ordiri ! Ordiri !”
Les neuf vents se tissèrent alors, comme une nasse ; et ils nous ramenèrent sur la terre ferme, tout près de l’oiseau.
Celui-ci observa un moment, sévère.
Le jour pointait. Son bec cuivré brilla.
Il nous dit : “L’imprudence doit servir l’ordonnancement du monde. Retenez le nom de cette étoile du matin et je ferais de vous des êtres invisibles à vos ennemis”.

Nous répétâmes le nom. Il tira ces quelques plumes de son manteau bigarré, nous les offrit et s’envola.
Lorsqu’il fût à bonne hauteur, nous vîmes, stupéfaits, qu’il possédait une aile de verres cousus…
Interrogeant les vents sur ce phénomène, ces derniers nous expliquèrent qu’elle était tissée d’un fil de sang et des bris de coquille de sa naissance, et qu’on appelait l’oiseau “Cristal Quetzal”…”

Comme les hommes se taisaient, les enfants aux yeux écarquillés qui écoutaient le récit s’empressèrent :
“Quel est le nom ?! Quel est le nom ?!”

“Chuuuut! coupèrent doucement les deux hommes. C’est un nom magique et imprononçable. C’est le nom folitrole qui vous donnera un jour votre plus étoilin et précieux élan… Sachez juste l’entendre lorsqu’il vous sera prononcé.”

Pauline Le Goïc, Cristal Quetzal, du 9 juillet au 21 août, Abbaye de Moyenmoutier (88)

Print Friendly, PDF & Email

Néodomia dans les Vosges :

L’association Néodomia est créée depuis le 29 aout 2015.

A l’origine du projet, une volonté de fédérer les artisans d’art sur le territoire déodatien (St Dié des Vosges) :

  • Sortir de l’atelier
  • Faire partie d’un réseau
  • Être force de représentation et de proposition
  • Impacter les esprits par des événements ambitieux et novateurs tournés vers l’avenir
  • Créer une réelle dynamique autour des métiers d’art
  • Repérer et mobiliser des acteurs locaux

Le Quetzal :

Le quetzal, dont le nom en Nahuatl signifie “grande plume verte”, est un oiseau des forêts de nuages physiquement très proche de l’oiseau de paradis. I l vit en altitude et fréquente la canopée de forêts humides aux grands arbres.

Ses longues plumes caudales, caduques après la reproduction, étaient très prisées des aztèques et, utilisées pour les coiffes, elles représentaient un attribut des dieux vénérés chez les Incas et autres populations mésoaméricaines. Le quetzal était en effet considéré par les mayas comme l’émissaire du Dieu Quetzalcoatl. On dit du Quetzal “qu’il  enflamme l’imagination” et Miguel Angel Asturias, poète et écrivain guatémaltèque, écrivait quant à lui que “son  plumage vert, arbore toutes les diaprures du tournesol et qu’on le dirait peint sur un fond d’or comme les mosaïques byzantines”.

Cristal Quetzal

Print Friendly, PDF & Email